Monday, 28 January 2013 03:44

Petites Brésiliennes

Selon un billet intéressant, après certain balbutiements, sa vie se stabiliserait au célèbre métro-boulot-dodo, pour s'arrondir en vieillesse, éventuellement maladie, mais très certainement mort. J'avais décidé d'inverser les choses : je me suis arrêter de travailler vers les 45 ans avec l'intention de voyager, vivre, expérimenter, jouir et puis, quand je devenais inutile, de revenir à l'usine. Pendant ma cavale, j'ai passé 2 ans au Brésil. C'est là où j'ai réalisé l'un de mes rêves d'enfance - explorer la jungle amazonienne en pirogue - mais j'ai découvert un pays inimaginable aussi, un pays de violence et de corruption horribles, mais également de beauté et de générosité. C'est là, évidemment, où j'ai rencontré Antonino.

Je prévois - un jour - de revoir mes 1000 pages de récits de voyage et d'en faire des opuscules un peu plus digestes...

Published in Front Page